Pour que la précarité ne devienne pas la règle...

Force est de constater, que la sous traitance, l’externalisation sont les « traitres» mot d’EDF SA depuis maintenant quelques années avec la complicité des syndicats en place.

Pourtant comment ne pas comprendre qu’une telle politique de « l’externe » fait aller notre entreprise et ses salariés droit dans le mur et ne sert finalement à courts termes qu'aux actionnaires ? 

Un exemple concret. L’entreprise DOCAPOST et ses 435 millions d’euros de bénéfice en 2012 devient un acteur de plus en plus  « indispensable » dans le fonctionnement de la gestion clientèle PME PRO.  EDF lui a déléguée des tâches qu’elle juge non rentable comme la mise sous pli des courriers sortants, la numérisation du courrier entrant et la gestion contractuelles des branchements provisoires. Elle  assure aussi un remède palliatif à notre manque d’effectifs internes en assurant la prise en charge d’appels clients.

Mais au fond que sait-on officiellement du fonctionnement de ce sous-traitant et d'autres comme Arvato ? Nous sommes tous en droit de nous poser des questions  et d’en obtenir des réponses :

- Quid du salarié précaire payé à coups de lance pierres,qu’elle jette comme un Kleenex après l’avoir accablé de formations express et d’objectifs inatteignables ?

- Si il en existe un, que contient le cahier des charges qui la lie à EDF?

- Quelles parts de notre activité est finalement à l'externe?

 

Ne nous voilons pas la face. Cette fuite en avant vers « l’extèrieur » reflète plusieurs facettes :

  • Le non remplacement de nombreux départs en retraites chez EDF SA
  • Le nivellement par le bas des compétences
  • La mise en place de salariés " de secondes zones" ne bénéficiant pas de notre statut.

De la même manière, des intérimaires, des contrats de professionalisation travaillent pour EDF. Ils sont, comme les emplois externes, des variables d'ajustement pour l'employeur. Cette situation pour une entreprise publique comme EDF est intolérable.

N’oublions pas que la défense du pouvoir d’achat des salariés d’EDF SA sera de moins en moins écouté par notre Direction face à ces salariés externes qui ne peuvent bénéficier des mêmes droits.

La CAT ENERGIES est là pour demander une vraie « mise à plat » de ce projet.  Nous souhaitons en connaitre les vrais conditions. Et si une embauche externe massive n’est pas possible, alors travaillons pour que les salariés sous-traitants bénéficient du statut des IEG!