Les retraites

 

L’un des piliers du système de retraite à la « française » est de financer les pensions par des cotisations à la fois patronales et salariales. Chaque fois qu’une réforme des retraites est lancée (depuis 1993), on assure que cette fois c’est la bonne et qu’enfin salariés comme retraités pourront vivre tranquille.

Mais soyons pragmatiques :

  • Les études le prouvent,  le déficit des retraites atteindra 1% du produit intérieur brut de la France d’ici 2020 soit environ 20 milliards d’euros. Ce qui est l’équivalent du montant touché par le patronat après la mise en place du « plan compétitivité ».   Pourquoi ce qui est possible pour le patronat ne le serait il pas pour les salariés et les retraités ?
  • Contrairement aux idées reçues la France est parmi l’un des pays les plus productifs. Et si il est vrai que d’ici 7 ans il n’y aura plus qu’1.5 actifs pour 1 retraité, ceux-ci produiront plus que dans les années 1970.
  • Les cotisations sociales ne sont pas la ruine de l’économie française et ne contribuent pas à l’abaissement du « génie industrielle ». La part des employeurs a diminué de 1.7 points sans que l’investissement des entreprises ait augmenté.
  • Le financement des retraites ne sert que de variable d’ajustement pour le patronat. Si leurs cotisations augmentent de façon égale par rapport à celles des salariés dans les années qui viennent, ils ont réussi à obtenir une diminutions de « leurs » cotisations familiales par exemple. Baisse qui devra être compensée par les salariés eux-mêmes...

 

Le dernier accord signé  en mars 2013 par les syndicats d’employeurs et certains syndicats de salariés ( CFDT, FO, CFTC)  prévoit :

  • une désindéxation totale des retraites complémentaires.
  • Une taxation nouvelle sur la  majoration de 10% des pensions touchés par les parents de 3 enfants
  • Une augmentation de 6 trimestres du temps de cotisations entre 2020 et 2035

 

Nos convictions : Un vrai plan de pénibilité au travail doit être mis en place ( système de points supplémentaires pour la retraite) avec la prise en compte du « stress » généré par exemple par le travail en plateau clientèle très souvent nié. Enfin il faut une prise en compte  concrète d’une « égalité » homme femme dans le milieu professionnel et donc dans notre système de retraites.

La CAT ENERGIES pense que l’allongement de l’espèrance de vie doit servir à travailler bien sur mais aussi à profiter de la Vie!